« Les Prises » par Tiziana Valentini

Bonjour,

« Les Prises », c’est un texte que j’ai écrit en 2008 je crois, durant une de ces périodes de tumultes sentimentaux qui font le charme de nos conditions terrestres mammifères. Je ne l’ai jamais chantée car je n’ai jamais réussi à la mettre en musique. Tiziana Valentini, la « Nina Hagen italienne » s’en est chargé avec ses musiciens et avec brio. Et je trouve ça très bien. Et vous ?

 

Sur les parois de la falaise,
Tant alourdi par les valises,
Du temps qui brise, du temps qui pèse,
Je reste accroché à ma prise.
Loin des directeurs de conscience,
Loin des messies, des églises,
J’avance, j’arpente l’existence,
J’irai en haut et sans emprise,
Sans emprise.

Et quand m’appellent les abîmes,
Dans les méandres de mes crises,
Toujours regarder vers les cimes,
Toujours chercher l’autre prise.
Encore regarder vers le haut,
Se résigner n’est pas de mise,
Encore regarder vers le beau,
Avec la douleur être aux prises,
Être aux prises.

Et quand l’Amour me foudroie,
L’orage après la tendre brise,
L’électrochoc du baiser froid,
Remettre les doigts dans la prise.
Et dans le brouillard des larmes,
La nostalgie où je m’enlise,
Lancer mon bras, c’est ma seule arme,
Vers le renouveau, la reprise,
La reprise.

Je sais qu’au fond du précipice,
Une dame en noir ironise,
Elle attend le moment propice,
Pour m’arracher l’ultime prise.
Je sais qu’un jour je tomberai,
Je sais la chute m’est promise,
mais c’est en touchant mon sommet,
Que finalement je lâcherai prise,
Je lâcherai prise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s